Application de la grille de lecture de l’apprentissage à la méditation.

 

 

Apprendre à méditer exige une humilité, une connaissance de soi, une discipline personnelle et une motivation. Cela peut se faire seul ou avec l’aide d’écoles, de dojos ou de coaches en méditation. La pratique de la méditation permet de développer des compétences spécifiques, une conscience de soi et une capacité d’attention. Nous devons nous souvenir que l’apprentissage est plus qu’une simple acquisition de compétences. C’est aussi une transformation de l’estime de soi et de la confiance en soi, ainsi qu’une prise de conscience de soi.

 

Étape 0 : Ignorance ou déni de la possibilité d’apprendre la méditation.

 

À ce stade, la personne peut manquer de connaissance et d’humilité, car elle est encore incapable de percevoir sa propre aptitude à apprendre la méditation. Ainsi, elle peut être réticente à l’idée de méditer, de pratiquer le yoga ou même la natation synchronisée. Elle est confrontée à des rumeurs et à une conscience très faible de ce domaine.

Elle peut donc appliquer ce qu’elle connaît dans d’autres domaines à son expérience de la méditation et donner un avis avec des préjugés. Elle n’a pas encore fait l’expérience et peut dire qu’  » elle n’a pas le cerveau adéquat ou un caractère trop impulsif, nerveux » pour toute « spiritualité laïque ». Mais tout cerveau sain a cette aptitude et ce sont les personnes les plus nerveuses qui tirent le plus grand bénéfice de cette découverte. Il est évident qu’elle ne peut pas maîtriser totalement les concepts et aimer ce domaine immédiatement. Mais personne ne sait ce qui se passera par la suite.

 

Étape 1 : Incompétent inconscient

 

À cette étape, la personne peut avoir une faible conscience de soi et manquer d’humilité, car elle ne réalise pas qu’elle est incompétente dans ce domaine. Cependant, cette étape peut également être une occasion pour la personne d’acquérir de l’humilité en reconnaissant qu’elle peut apprendre quelque chose de nouveau. À ce moment de l’apprentissage, les personnes ont appris une forme de rituel, mais ne peuvent pas dire qu’ils sont dans la méditation pure, il gère la respiration, mais la distraction reste présente, et gênante surtout.

 

Un chemin personnel

 

Or, c’est la distraction, comme le changement entre autres, ce sont les moteurs de l’évolution méditative. Et souvent, quand elles réalisent qu’elles ont été distraites, cela se traduit par, « je suis nul, ou je n’ai pas la patience pour me mettre méditer ». En gros, la personne n’a pas encore réellement entamé l’apprentissage, et déjà, elle s’évalue au niveau « des enseignants », « élèves avancés » qui ont des résultats dits « probants ». Le novice écoute les plus anciens, qui expliquent des concepts lus, des poésies, des émotions découvertes. Il admire l’état de la tenue ou le matériel utilisé … Et la réflexion dévalorisante sera : « Ils sont déjà là, et moi pas » … Mais la méditation est un chemin personnel, qui n’a rien à avoir avec ce que dit le livre, ou porte une personne. L’évolution de la méditation est personnelle.

 

 

 

Étape 2 Incompétence consciente.

 

La personne peut comprendre les avantages de la méditation et sa difficulté à s’améliorer, mais peut ne pas savoir comment méditer ou comprendre les effets de la méditation sur l’estime de soi, la confiance et la conscience de soi. Elle peut être découragée et penser ne pas avoir la capacité de méditer ou d’en bénéficier. Cependant, cette étape peut également être une occasion pour elle, de développer de l’humilité et de reconnaître qu’elle peut toujours apprendre quelque chose de nouveau. Au début de l’apprentissage, ils apprennent une forme de rituel, mais sont toujours distraits et ne savent pas vraiment comment méditer correctement. Et souvent, quand ils réalisent qu’ils ont été distraits, cela se traduit par des pensées négatives comme «je ne suis pas capable» ou «je n’ai pas la patience pour méditer».

 

En gros, la personne n’a pas encore vraiment commencé à apprendre et se compare déjà aux enseignants et aux élèves avancés qui ont de «bons» résultats.

À cette étape, la personne peut avoir commencé à pratiquer la méditation, mais se rendre compte qu’elle ne maîtrise pas encore les techniques de méditation. Elle peut être frustrée par sa difficulté à rester concentrée pendant la méditation ou par les pensées qui surgissent pendant la pratique. Elle commence à se rendre compte de son propre manque de compétence dans ce domaine. À ce stade, la personne a acquis une certaine conscience de soi et d’humilité en reconnaissant qu’elle a encore des choses à apprendre. Elle peut devoir rechercher des ressources supplémentaires, telles que des livres, des enregistrements audio ou des cours de méditation, pour l’aider à améliorer ses compétences en méditation.

Étape 3 : Compétent et conscient

 

 

 

Une fois que la personne a acquis une certaine maîtrise de la méditation, elle est capable de maintenir sa concentration pendant la pratique. Elle commence à ressentir les effets bénéfiques de la méditation sur sa perception de soi et sa confiance en elle. Elle peut être encouragée par ses progrès et pratiquer régulièrement. La personne a maintenant une meilleure compréhension de soi et de sa relation à la méditation, ayant dépassé les principes initiaux.

Fierté et feed-back.

Cette personne sait maintenant que le processus d’apprentissage dans la méditation est important, qu’elle découvrira de nouvelles subtilités. Elle s’assoit chaque soir ou chaque matin sur son futon, et elle réfléchit à ses résistances et à la façon de les surmonter. Elle commence ses exercices et s’efforce de gérer le temps, de contrôler ses pensées, de maîtriser sa respiration et de se concentrer. Elle connaît mieux ses références kinesthésiques et peut se concentrer naturellement. Elle est fière de sa persévérance, de sa résilience et du temps passé à la pratiquer. Plus encore, elle sait qu’elle est capable de progresser en méditation et que les résultats obtenus lui procurent plus de confiance en elle-même chaque fois qu’elle surmonte ses distractions.

Étape 4 : compétent inconscient

À cette étape, la méditation est devenue une activité naturelle et facile pour la personne. Elle est capable d’effectuer la méditation sans effort conscient et peut s’adapter à des circonstances variées. La pratique régulière de la méditation lui permet de développer la conscience de soi, la confiance et l’amélioration de l’estime de soi.

La personne constate les effets, ce qui renforce sa confiance en ses capacités. Elle peut adapter sa pratique, trouver des moyens d’entrer en méditation seule ou accompagnée et elle se sent plus à l’aise et sûre d’elle-même.

Le but atteint ?

À ce stade, la personne considère souvent que le processus d’apprentissage est terminé. Elle n’a aucun problème à méditer et à éviter les distractions et sent qu’elle a adapté sa vie et son environnement pour atteindre le bien-être mental. Quand elle médite, elle n’a plus conscience des ajustements de son cerveau. Elle est sûre d’elle, mais ne se souvient plus réellement des étapes de cette évolution. Quand elle voit un jeune débutant, elle a du mal à le comprendre et à lui expliquer comment méditer. Elle va utiliser des citations et des références littéraires, historiques ou religieuses.

Compréhension et adaptation.

Une fois que vous avez réussi à vous adapter à votre nouveau mode de vie, vous regarderez vos relations différemment. Vous voudrez adapter vos nouvelles compétences aux autres, à votre famille et à votre conjoint … Vos connaissances et votre ouverture d’esprit s’élargiront alors et vous aurez plus de facilité à vous adapter aux nouveautés qui se présentent. Si le processus se déroule normalement, vous aurez plus de confiance et vous serez en mesure de créer votre propre style d’apprentissage pour les nouvelles étapes de votre vie.

Étape 5 : Compétence

À cette étape, la personne a développé une conscience de soi très profonde et une grande humilité en reconnaissant qu’il y a toujours place à l’amélioration et à l’innovation. Elle est capable de s’adapter. Elle sent qu’elle doit utiliser sa créativité pour explorer de nouveaux horizons. À ce moment, elle commence à enseigner simplement, car elle sait ce qu’est la méditation, mais aussi, il sait que cela demande une forte adaptation de soi à soi, aux autres, à l’entourage… Elle dépasse alors son propre soi, pour aller vers les autres en simplicité, et sans recherche de reconnaissance.

Expertise

La personne est consciente de ses compétences et de son potentiel, tout en restant modeste et ouverte à l’apprentissage. Elle sait que le monde évolue constamment et qu’elle doit s’adapter, mais elle se rend compte que les distractions et les erreurs sont inévitables dans le processus de méditation. Elle reste donc attentive et consciente du monde qui l’entoure.

 

 

Conclusion : Le processus méditatif est autant une création d’un savoir sur soi, que la découverte de soi.

 

L’humilité et la conscience de soi ne sont pas nécessairement des qualités innées, mais des compétences qui s’améliorent au fil du temps. La pratique de la méditation peut être un moyen d’aider à mieux se connaître, à comprendre ses points forts et ses points faibles, tout en restant ouvert à de nouvelles idées et à de nouveaux défis.

 

En outre, la méditation peut aider à développer la conscience de soi, la confiance en soi et l’estime de soi. Cela permet aux gens de mieux comprendre leurs pensées, leurs émotions et leurs comportements. En apprenant à mieux se connaître à travers la méditation, une personne peut commencer à s’accepter et à mieux se respecter.

Photo: @Lexica-art

Publications similaires