La pleine conscience et son lien avec la mémoire.

(cet article fait suite à  » l’ Exploration de la Mémoire et du Fonctionnement cérébral en Méditation : Un Voyage intérieur » )

La pleine conscience, est aussi connue sous le terme « mindfulness ». La Mindfulness est un sujet de recherche fréquent dans le champ des neurosciences. Elle consiste à porter un regard bienveillant et dénué de jugement sur le moment présent, en prenant note des pensées, des émotions et des sensations corporelles qui se présentent.

Dans une séance de pleine conscience, la mémoire occupe une des places centrales. Elle n’est pas déconnectée. Elle est même présente pour simplement exister. Alors autant en ternir compte, mais sans s’y attarder. Pour agir sans ignorance, voici un descriptif.

1 Le Rôle de la Mémoire de Travail en Pleine Conscience

Au cours d’une session de méditation en pleine conscience, la mémoire de travail est sollicitée pour maintenir l’attention sur le moment présent. Les pratiquants peuvent être invités à se focaliser sur :

  1. leur respiration
  2. prendre conscience des sensations de leur corps
  3. observer leurs pensées.

Conservation

La mémoire de travail conserve provisoirement ces directives, aidant les méditants à retourner à leur point d’attention chaque fois qu’ils sont distraits. Cette fonction de la mémoire aide les pratiquants à développer leur concentration et la conscience du vécu présent.

2 La mémoire émotionnelle et la pleine conscience

La mémoire émotionnelle est sollicitée lorsque des émotions apparaissent durant la méditation en pleine conscience.

Par exemple, un pratiquant peut éprouver de la frustration s’il est perturbé par des pensées incessantes.

Compassion

Toutefois, la pratique de la pleine conscience consiste à accueillir ces émotions avec compassion :

  1. sans jugement
  2. ni réaction excessive.

La mémoire émotionnelle agit avec plus ou moins de force. Elle rappelle les expériences passées de méditation où des émotions similaires ont été éprouvées. Correctement utilisée, elle aide le méditant à prendre de la distance par rapport à ces émotions et à les observer sans s’y attacher.

L’Incorporation de la Mémoire dans la Pratique Méditative

Pour optimiser la pratique de la méditation et bénéficier de ses avantages, il est bénéfique d’intégrer consciemment la mémoire dans le processus.

Voici comment vous pouvez y parvenir :

1. Conscience de la Mémoire :

Prenez note des diverses manifestations de la mémoire en œuvre lors de votre méditation. Prendre note, veut pas dire s’arrêter, mais bien les remarquer en tant qu’observateur tranquille.

  • Voyez comment la mémoire procédurale facilite votre engagement dans votre pratique,
  • comment la mémoire émotionnelle teinte vos émotions,
  • comment la mémoire sémantique affecte votre compréhension de la méditation
  • comment la mémoire de travail soutient votre concentration.

2. Objectif et Contemplation :

Avant de méditer, accordez un instant pour contempler votre objectif.

  • Qu’espérez vous obtenir de cette session de méditation ?
  • Comment désirez vous vous sentir à la conclusion ?

Cette attitude active la mémoire sémantique en rappelant vos savoirs sur la méditation. C’est une des méthodes de méditation qui permet de travailler sur soi.

3. Apprentissage par l’expérience :

La méditation est une pratique expérientielle.

A la fin de la séance, il est parfois intéressant de s’observer avec bienveillance, et sans critiques. Tirez des leçons de chaque session en réfléchissant après la méditation :

  • Quelles émotions avez-vous éprouvées ?
  • Quelles pensées ont surgi à l’esprit ? Comment avez-vous géré les distractions ? Cette auto-évaluation aide à consolider les leçons dans la mémoire.

4. Cultiver la Compassion :

Exercez la compassion envers vous-même et vos expériences méditatives. Ne soyez pas sévère envers vous-même si vous êtes distrait ou si vous éprouvez des émotions désagréables. La mémoire émotionnelle peut vous rappeler que chaque session de méditation est unique. Cela fait partie de l’apprentissage.

Conclusion : L’exploration de la mémoire peut aider la méditation.

La méditation est bien plus qu’une simple détente ou une pratique spirituelle. Elle est une exploration de l’intérieur de l’esprit humain. C’est une plongée profonde dans les méandres de la conscience. Pour comprendre comment le cerveau fonctionne pendant la méditation, il est essentiel de reconnaître le rôle crucial de la mémoire dans cette expérience.

Neuroplasticité

Les différents types de mémoire – procédurale, émotionnelle, sémantique, et de travail – sont tous en action pendant la méditation, influençant notre expérience, nos émotions et notre compréhension de la pratique. Grâce à la neuroplasticité, notre cerveau s’adapte et se remodèle à travers la méditation. Elle renforce les connexions synaptiques et améliorant nos compétences méditatives au fil du temps.

En conclusion

En incorporant délibérément la mémoire dans notre exercice de méditation, nous avons la possibilité d’approfondir notre expérience et d’optimiser les avantages. Cela nous offre l’opportunité d’investiguer plus intensément notre propre paysage mental, de développer la pleine conscience et de découvrir la sérénité intérieure. La méditation se transforme ainsi en une authentique exploration de la mémoire interne, de la conscience et de l’existence en soi.

Photo: @Lexica-art

Publications similaires