Naviguer dans le labyrinthe du stress scolaire :

@creator.nightcafe.studio

Comprendre et utiliser nos filtres psychologiques personnels

Introduction

Dans le labyrinthe des défis académiques, nous sommes souvent confrontés à des obstacle. Ils nous semblent insurmontables. Pourtant, la clé de la réussite pourrait résider dans notre capacité à comprendre nos propres filtres psychologiques.

Prenons l’exemple de Pierre : Il est un garçon qui pourrait être brillant. Mais… il stresse tout le temps dés qu’il rentre dans l’entrée de l’Ecole. Il a une mauvaise image de lui-même. Il se sent mal devant le regard des autres. Durant les cours, il déteste prendre la parole. Il trouve qu’il a une voix d’enfant, alors qu’il est adolescent. Et donc, dés qu’il est désigné, il joue le silence, la provocation… Il fait semblant de dormir. En gros, il fuit l’obstacle, et s’enfuit dans une violence qu’il ne comprend pas lui-même. C’est plus fort que lui.

Allons plus loin : Pierre est un étudiant qui, comme beaucoup d’autres, fait face à la pression et au stress scolaires. Ces facteurs peuvent être exacerbés par un certain nombre de sources :

  • telles que les attentes élevées de ses parents
  • la compétition avec ses pairs
  • la tentative de séduction d’une de ses camarades…
  • la peur de ne pas atteindre ses propres standards.

Intérieur/ extérieur

Mais ce n’est pas seulement l’environnement externe qui peut influencer Pierre – ses propres pensées et perceptions jouent également un rôle. Elles agissent comme un filtre psychologique à travers lequel il interprète ses expériences.

Gnothi seauton : « Connais toi toi-même » (Héraclite d’Éphèse)

Ces filtres façonnent la manière dont nous percevons et réagissons aux situations. Ainsi, une meilleure connaissance de ces mécanismes internes peut s’avérer être un atout précieux. Il nous permet d’améliorer notre bien-être et nos performances éducatives.

Les filtres psychologiques : des lentilles de perception uniques

Chaque individu perçoit le monde à travers un prisme de filtres psychologiques qui colore ses expériences. Ces filtres sont formés par nos expériences passées, nos valeurs et nos croyances. Ils influent sur notre interprétation des événements. Comprendre ces filtres nous aide à déceler pourquoi certaines situations scolaires peuvent être sources de stress. Et comment nous pouvons les appréhender différemment.

A. Évaluation primaire : identifier les enjeux et les émotions

L’évaluation primaire nous amène à considérer les enjeux d’une situation donnée. Nous devons pour cela reconnaitre nos émotions. Et cela, bien que ce soit des pertes potentielles, de menaces ou de défis,

C’est le premier pas vers la compréhension de nos réactions face aux pressions académiques.

B. Évaluation secondaire : trouver des solutions

Une fois les enjeux identifiés, l’évaluation secondaire se concentre sur les solutions. Comment pouvons-nous :

  1. remédier à une perte,
  2. prévenir une menace
  3. saisir une opportunité ?

Cette étape nécessite une réflexion sur les ressources disponibles et les stratégies d’adaptation.

C. Stratégies d’adaptation : réagir aux changements

(Que veut dire les ressources disponibles ? le temps disponible, les capacités psychologiques, le matériel…)

Face aux changements de situation, nos stratégies d’adaptation varient. Nous ne sommes pas tous égaux face aux stress. Certaines personnes optent pour

  • l’acceptation,
  • d’autres pour la fuite
  • la recherche de soutien.

Identifier nos tendances naturelles peut nous aider à choisir des réactions plus constructives.

La découverte et la transformation des filtres psychologiques

Une fois nos filtres psychologiques identifiés, la question est de savoir comment les utiliser à notre avantage. En reconnaissant les schémas qui nous limitent, nous pouvons développer des stratégies pour les transcender et améliorer notre expérience éducative.

Conclusion

Les filtres psychologiques sont des outils intéressants pour comprendre notre interaction avec le monde académique. En les reconnaissant et en apprenant à les ajuster, nous pouvons non seulement gérer le stress scolaire plus efficacement, mais aussi ouvrir la porte à de nouvelles possibilités d’apprentissage et de croissance personnelle.

Publications similaires