Le désir de déni et la méditation

Notions psychanalytiques

La psychanalyse, développée par Sigmund Freud et d’autres psychanalystes, aborde le déni comme un mécanisme de défense psychologique. Le déni est la tendance à refuser la réalité ou à minimiser certaines pensées, émotions ou expériences pour éviter de faire face à des sentiments inconfortables, des conflits internes ou des aspects de soi-même que l’on trouve difficiles à accepter. On rejette le problème, pour ne pas être face à ce dilemme. Dans le contexte de la psychanalyse, le déni est souvent considéré comme une réponse inconsciente aux angoisses et aux conflits internes. Il est utilisé pour maintenir l’estime de soi, et éviter la culpabilité, ou pour protéger l’image que l’on a de soi.

Par exemple, une personne peut nier la réalité d’une dépendance à une substance pour ne pas avoir à faire face à la honte ou à la culpabilité associée à cette dépendance.

Méditation et conscience

La méditation, quant à elle, est une pratique qui vise à développer une conscience complète et une présence dans le moment présent. Cette présence veut atteindre la pleine acceptation de la réalité telle qu’elle est. Cette réalité se compose d’énormément de phénomènes, comme les pensées, émotions et sensations. La méditation encourage une approche plus authentique et honnête de soi-même et de son expérience.

Evasion

Cependant, certaines personnes tentent de pratiquer la méditation avec l’intention erronée de l’utiliser comme un moyen d’échapper à leurs problèmes ou à leurs émotions difficiles. Ce serait une parenthèse face à la pression du réel, de la vie. Nous pouvons l’utiliser parfois de cette manière, pour « respirer ». Mais, la méditation dépasse ce cadre. Les pratiquants qui l’utilisent ainsi recherchent une sorte de « zone de confort » ou de refuge. Dans de tels cas, la méditation est mal comprise ou mal utilisée.

Se comprendre et réalité

Il est important de comprendre que la méditation n’est pas un outil de déni ou d’évasion de la réalité. Au contraire, elle est un moyen de mieux se comprendre et de faire face aux difficultés de la vie. Son objectif est d’être dans la réalité.

En méditant, nous prenons le temps d’explorer nos pensées et nos émotions, sans jugement ni résistance. La particularité est que nous ne le faisons pas par une exploration systématique, logique, suivie d’une des pensées. Mais, nous pratiquons alors une observation distante du flux de l’ensemble de celles-ci. Cette distance est l’attention que nous portons à l’instant présent.

Réflexions :

Il y a donc une rivière de pensée ?

Au départ, une rivière de pensée coule. Nous nous identifions à cette rivière incessante. Et même une certaine angoisse, peut apparaître de se dire que si elle s’arrête, nous n’existons plus. Ou l’inverse, une forme d’ego que cette identification nous procure, par la densité, et la continuité de flux incessant. Mais, lentement, en observant sans y adhérer, un phénomène survient.

Nous sommes plus que le phénomène de la pensée ?

Nous prenons conscience d’une volonté existante qui nous anime. L’observateur est différent du flux. La méditation nous permet d’observer. Elle n’est pas « pensée », ni une pensée. Elle est même silence, et par son action d’observation, elle est une conscience de ce qui se passe en nous.

Il y a flux et reflux dans la rivière ?

Et cette conscience voit surgir des pensées répétitives dans le flux. Ce sont des vagues contre les roches du fond.

Il y a des roches au fond ?

Elles nous accaparent et nous aliènent, nous éloignent de l’existence présente. Nous sommes alors sujets à des émotions, nullement en rapport avec l’instant. Notre cerveau navigue dans le temps, passé en souvenir et avenir, par expectation.

Il y a un fond ?

En nous focalisant sur le corps, sur le moment présent, nous renforçons l’attention, et donc la conscience. Cela nous libère des remous de la rivière, ou de la vague de la pensée.

Clarté du monde et réalité intérieure.

La méditation peut nous aider à développer une plus grande clarté mentale et une meilleure compréhension de nous-mêmes. Car les vagues, le flux, les roches sont des indices de nos priorités, nos goûts, nos attentes, nos espoirs …

Mais pour cela il faut justement sortir du flux, et en être conscient et le reconnaître. Or le déni fait partie, du flux, et des phénomènes liés au flux. Pour éviter de tomber dans le piège du déni lors de la pratique de la méditation, nous devons adopter une approche consciente et honnête envers soi-même.

Voici quelques conseils pour une méditation authentique et bénéfique :

1. Reconnaître et accepter ses émotions : lorsque vous méditez, il est important de ne pas refouler ou nier vos émotions. Accueillez-les avec bienveillance et observez-les sans jugement. Cela peut vous aider à mieux comprendre vos réactions émotionnelles et à travailler sur les aspects de vous-même que vous trouvez difficiles à accepter.

2. Pratiquer la recherche de conscience : méditer en pleine conscience consiste à porter une attention bienveillante à l’instant présent, en observant vos pensées, vos sensations corporelles et vos émotions sans jugement. Cela vous permet de vous connecter pleinement à votre expérience, sans chercher à échapper à la réalité.

3. Cultiver la compassion envers soi-même : nous avons besoin de la compassion envers soi-même. Elle est nécessaire. Et la méditation justement permet le développement de cette compassion. L’observation de ce flux de pensée montre notre humanité, et notre fragilité face aux évènements. La facilité de tomber dans les pièges intérieurs ou extérieurs. Nous comprenons pleinement notre fragilité, et l’assumons. Apprenez à vous traiter avec gentillesse et bienveillance, en reconnaissant que vous êtes humain et que vous avez le droit de ressentir des émotions difficiles. La compassion envers soi-même permet de faire face à la réalité sans se juger ou se critiquer.

4. Trouver un enseignant qualifié : si vous débutez dans la pratique de la méditation, il est utile de trouver un enseignant qualifié qui pourra vous guider et répondre à vos questions. Un enseignant expérimenté pourra vous aider à éviter les pièges du déni et à intégrer la méditation de manière saine et équilibrée dans votre vie.

Conclusion

En conclusion, la méditation est un des outils précieux qui développe une plus grande conscience de soi et une meilleure compréhension de ses émotions et de ses pensées. Cependant, il est important de pratiquer la méditation de manière authentique et de ne pas l’utiliser comme un moyen d’échapper à la réalité. En adoptant une approche consciente, honnête et bienveillante, la méditation peut être une pratique transformative qui nous permet de faire face aux défis de la vie avec clarté et sagesse.

https://www.ecoutetoncorps.com/fr/ressources-en-ligne/chroniques-articles/le-deni-et-ses-effets-nefastes/

https://nospensees.fr/le-deni-ou-le-desir-de-ne-pas-savoir/

Publications similaires