|

La mémoire est nécessaire à la méditation.

 v
Une image artistique, symbolique. Une dame médite, et une tour apparait dans sa tête. Elle est apaisée, ses cheveux se terminent en tresses autour d'une

@lexica.art
 

Au début de chaque séance de méditation, notre cerveau fait référence à nos connaissances et notre expérience dans ce domaine. Cela nous aide à entrer dans cet état de conscience. Nous faisons appel à notre mémoire.

Nous utilisons l’hippocampe et le lobe frontal pour rechercher des automatismes ou des « gestes » que nous avons pratiqués auparavant. Cela nous aide, et économise l’énergie mentale pour entrer en méditation. Le cérémonial sert à cela. Ce sont des repères. Notre cerveau fait appel à notre expérience. Nous utilisons également la mémoire sémantique pour nous rappeler les connaissances sur la méditation. Nous le faisons, en utilisant les lobes pariétaux et temporaux.

Repères et rituels.

Pour nous aider à nous concentrer sur l’instant présent, nous avons créé des repères gestuels, des repères mentaux lors des expériences passées. Nous nous en souvenons pour gagner du temps et faciliter la tâche. C’est ainsi que les rituels, le scanning corporel nous servent. Ils sont des outils importants qui nous permettent de nous ancrer dans le présent. Les préparations nous guident et évitent que nous soyons perdus ou désorientés lors des séances. Ils sont comme des points sur une carte.

Les rituels peuvent être comparés au travail d’un pilote qui planifie et revoit son vol futur. Ils nous aident à préparer notre esprit à entrer en méditation.

Il est important de noter que la perturbation des sens peut affecter notre expérience méditative. Les bruits, les odeurs et les mouvements peuvent distraire notre attention. Et donc bloquer notre repérage, et rendre la méditation plus difficile. Il est donc important de choisir un endroit calme et paisible pour méditer.

La méditation est un entraînement, pas un état de l’esprit instantané.

Les perturbations sont des renseignements importants sur nous-mêmes et notre état psychologique. Un peu comme le coureur qui se lance. Il a mal au genou droit, son lacet se défait, son regard se bloque au sol… Tout cela le ralentit. Il ne travaille pas cela pendant la course. Il attend le jour suivant. Là, il va voir un kinésithérapeute, ou faire un travail de musculations, d’ étirements. Pareil pour son lacet, il ne s’arrête que le temps de le nouer. Mais, à la fin, il se renseigne sur le système de fermeture de ses chaussures plus adapté. C’est pareil pour la méditation, les distractions sont des aides pour améliorer sa prochaine séance.

Les distractions, que nous accumulons, sont des indices sur nous-mêmes.

Conclusion :

En résumé, la méditation est un sport mental de l’attention. Mais pour le réaliser, il fait appel à notre mémoire.

Prières, Méditation, Contemplation, des rituels différents, pour des buts différents.

Publications similaires